VOLER EN LAMBEAUX

Décidément, les voleurs mènent la vie dure à Eznewplace, la place marchande la plus fréquentée de Préhistorvilles. Beaucoup d’entre eux ont rejoint leurs ancêtres en osant s’approprier un objet ou de l’argent ne leur appartenant pas. Et ils sont morts pour la plupart de mort violente ! Certains ont soudain été frappés de fractures ou de maladies que même le zombie le plus conditionné ne supporterait point. D’autres ont vécu des accidents inexplicables (foudroiements sans nuages, collisions inattendues, incendies hautement improbables, noyades en eaux très peu profondes et nous en passons les meilleures). Ici, je vais vous relater une histoire invraisemblable, tragi-comique, qui s’est bel et bien déroulée le jeudi 10 novembre 2006 à Préhistorvilles.

Constantin Omilom, pickpocket notoirement connu à Eznewplace, osa chiper en douce le sachet noir d’un vieillard septuagénaire, le terrible marabout Gabn Alosok. Sentant que sa main gauche ne tenait plus rien, notre sorcier se comporta comme se comportent les sorciers en général, c'est-à-dire assez étrangement. Au lieu de crier au voleur, il hurla plutôt ceci : « Que celui qui m’a pris mon sachet noir me le rende illico ! ». Constantin, étant dans les parages immédiats, entendit parfaitement la demande du vieux marabout. Mais il fit semblant d’être sourd et poursuivit son bonhomme de chemin. Entre temps, Gabn se fit plus menaçant : « Je compte jusqu’à trois. Si celui qui m’a subtilisé mon bien ne me le rend pas, il crèvera comme un ballon ! ». En entendant cela, notre voleur marcha presque en courant, mais de manière à ne pas être suspecté par son entourage direct.

Alors que Constantin pressait les pas, le sinistre sorcier Gabn sortit de son énorme poche de pantalon une petite pompe à vélo. Après avoir compté jusqu’à trois, il actionna lentement son engin à air. Au moment, à quelques mètres de là, le pickpocket vit son ventre se distendre anormalement et ses membres prendre rapidement du volume. La surprise et la douleur étaient ressenties profondément par Constantin. Après 30 secondes de « gonflage », notre sorcier appuya très fortement sur la pompe. À l’instant retentit un bruit formidable de pneu qui explose sous une forte pression. Divers lambeaux de chair et de sang se projetèrent sur la foule qui était toute maculée de rouge. Constantin fut littéralement atomisé. Même sa tête était réduite en charpie cérébro-crânienne.

Panique générale dans le marché. Les agents de l’ordre accoururent et se rendirent compte que le fauteur de troubles se nommait Gabn, présent du reste sur le lieu du crime irrationnel. Alors que lesdits agents s’apprêtaient à se saisir de l’homme mystique, celui-ci les regarda d’un œil très mauvais et les menaça de pires tourments s’ils osaient l’emmener au TLM le plus proche. Connaissant parfaitement Gabn – car il n’en était pas à son premier forfait ésotérique – les policiers fermèrent les yeux pour cette fois, d’autant plus que le pauvre Constantin n’avait pas de famille…