Tribunal de Paix du 7e Arrondissement de Malether. Le magistrat vient de prononcer le divorce du couple Simone Waaktubi et Matthias Och’Qiz. Le jugement précise également que l’ex-mari aura la garde exclusive des enfants à dater de dorénavant, pour ne dire désormais, autrement dit à partir du 22 juillet 2010, jour du prononcé. Dès la sortie de la salle d’audience, Matthias se précipite vers chez lui, embarque ses deux filles dans sa bagnole ainsi que quelques effets, puis file à toute allure vers une ville à 176 km au Nord où il a une résidence : Alednef-sur-Stégonia.

Mais Simone n’est pas une pleurarde. Par ailleurs, elle ne s’avoue jamais vaincue. Croyant avoir raison sur toute la ligne dans l’affaire, néanmoins contente de s’être débarrassée de son ex-époux, elle estime, à tort ou à raison, que les gosses doivent rester avec elle. Le verdict de l’institution judiciaire ne lui disant rien qui vaille, d’autant plus que le juge en question s’était illustré deux ans plus tôt dans une vénalité certaine, la dame se résout à user de moyens aux antipodes du droit commun pour obtenir gain de cause. Sans même rentrer at home, elle se rend en bus non loin du village maudit de Tombolo, au sein d’une localité à 12 km de là, à plus de 300 km à l’Est de Préhistorvilles : Ungluntub. Il y crèche son oncle maternel, un dénommé Fak Indrestk, grand occultard qui s’essaie dans le satanisme sacrificiel.

Sauf qu’ici, pas question de tuer quelqu’un. Tout ce que veut Simone, c’est ses filles. Contraindre son ex à les lui rendre ne requiert pas l’usage d’un missile sol-sol. Une petite terreur suffit. Et Matthias, tout le monde le sait, est un gars facilement influençable qui flippe à la vue d’une souris morte. Mais comme disent les Ivoiriens : « Souris, c’est petit, dèh ! ». Fak Indrestk a plus d’un tour dans sa grosse marmite bouillonnante. Il promet à sa nièce de ne pas éliminer Matthias. Toutefois, il ne lui dévoile pas les arcanes et le modus operandi de ses artifices maléfiques. Ce qui est certain, garantit le sorcier, est que les mioches rentreront à Malether en moins de trois jours. Rassurée, Simone remercie d’avance Fak, monte dans sa bagnole et rentre à la capitale fibreuse.

Le lendemain 23 juillet 2010 à 15 h, sous une pluie battante, Matthias suit la Saison 4 de Cumon Balls, une série porno appréciée des connaisseurs imaginiens. Les enfants s’amusent à une kermesse dans les parages et ne seront de retour que vers 19 h. Entre deux parties de hanches mouvementées, l’électricité s’interrompt subitement. Un éblouissant éclair suivi d’un très violent craquement de tonnerre se prolongeant en échos lourds tétanise notre pervers. Il en a la bouche asséchée et le cœur rythmant 150 coups la minute. Matthias a la très nette impression que la foudre a frappé à deux pas de sa piaule. Son ressentiment n’est pas infondé : le cocotier de la parcelle achève une totale carbonisation, malgré l’averse. L’ex de Simone n’en a pas fini de s’étonner du spectacle qu’un coup de fil le fait sursauter. Il y a de quoi : il ne s’est jamais servi de la carte SIM à l’intérieur de son photophone, carte SIM qu’il a du reste achetée il y a un moins de trois heures. Un peu effrayé, le gars décroche : « Allo, Matthias ! Comment se portent mes charmantes petites-filles ? ». La peur cède la place à l’effroi. En effet, l’ex-mari reconnait la voix à l’autre bout de la ligne : Fak, l’oncle à Simone. Les doigts tremblants, la touche NO est rapidement appuyée. Cependant, ô magie de haut vol, l’appareil ne réagit pas, mais au contraire… se met en mode main libre sans qu’on le lui demande.

-         « Alors, petit. On veut garder les mômes pour soi ? C’est pas très courtois, ça. Et fort malpoli vouloir couper la conversation quand un supérieur appelle. Le savoir-vivre ne fait pas partie de tes préoccupations, apparemment

-         Que voulez-vous ?

-         Je me rends compte que la foudre de tout à l’heure a perturbé dangereusement ta cervelle de piaf, au point que tu poses une aussi peu intelligente question

-         Vous n’aurez jamais Catherine et Leila

-         Je me ferais un immense plaisir de la surface de ce monde, espèce de salaud. L’éclair t’aurait atteint de plein fouet. Ne crois pas un seul instant que je me suis trompé de cible. J’ai visé ailleurs parce que Simone ne veut pas te voir dans un coffre vaguement hexagonal en bois de sapin. Avant après-demain 18 h, je veux que les bambines soient déposées chez ton ex-femme. T’as vivement intérêt à t’exécuter ; autrement, ta vie sur ce plan physique sera rayée et n’intéressera plus que les historiens et les compagnies d’assurance. »

La volonté surnaturelle prenant toujours le dessus sur quelque pièce juridique à Malether, fût-elle issue d’une Haute Cour, Matthias, à son corps défendant, pour ne pas dire à contrecœur, c’est-à-dire bien malgré lui, est réduit à occuper seul sa maison d’Alednef-sur-Stégonia, loin de sa progéniture et de la chaleur indispensable d’une épouse attendrissante, sa vie partagée entre son boulot de testeur logiciel et ses films de cul.